Boracay

Y aller ou pas ? 

Depuis 2007 que nous créions des voyages sur mesure aux Philippines, nous nous posions l'éternelle question : Boracay ou pas ? Boracay, la station balnéaire la plus connue des Philippines n'est certainement pas la plus authentique ! Elle ravirait certains amateurs de séjours balnéaires et d’ambiance festive. Il fallait cependant oublier les commentaires des voyageurs qui ont séjourné à Boracay il y a 20 ans et les guides touristiques obsolètes qui décrivent un paradis vierge aux hébergements de "charme". (D'autant plus qu'à Boracay le mot "charme" peut avoir plusieurs significations...)
 

Pourquoi aller à Boracay ?

Si des touristes du monde entier aimaient Boracay, c’était pour sa plage parfaite de sable doux et blanc comme de la farine, longue de 4 kilomètres, ses eaux turquoise et son animation. C’est sans doute à Boracay que l’on trouvait la plus grande densité d’hôtels et de touristes au mètre carré. Ça n’est pas un hasard si on appelle Boracay "le Saint-Tropez asiatique".

La taille de la plupart des hôtels de l'île ne dépasse pas la hauteur des palmiers mais il ne reste presque plus d'endroit vierge sur le front de mer : on a construit en première ligne de plage, puis en deuxième et on a continué...  

Presque partout à Boracay, on faisait la fête toute la nuit sur la plage, alors pour un séjour balnéaire en famille, un séjour romantique, ou si vous souhaitez vous reposer, évitez Boracay !

Depuis 10 ans, près de 1200 clients de l'agence ont découvert les endroits les plus préservés et authentiques des Philippines et nous sommes assez fiers de n'avoir envoyé qu'une petite dizaine de personnes à Boracay. Si malgré nos conseils d'experts, certains voulaient vraiment séjourner à Boracay, nous vous conseillions le "moins pire" de ce que l'île peut offrir.   

Et puis en avril 2018, le président Dutertre a décidé de la fermeture de Boracay aux étrangers en raison de la pollution galopante de l'île et de la dégardation significative de son environnement. Pendant 6 mois, la question ne se posait plus ; on n'allait pas à Boracay parce que c'était interdit

Le gouvernement devrait "rouvrir" l'île de Boracay aux voyageurs à l'automne mais nous ne savons toujours pas dans quelles conditions : il devrait y avoir un quota maximal d'arrivées autorisées par jour, seule la moitié des hôtels devrait rouvrir, les plastiques à usage unique comme les pailles seraient bannies de l'île. Affaire à suivre...