Manila - Mars 2012

Jeudi : Ceux qui me connaissent ne vont pas le croire : lors de mon dernier voyage aux Philippines, j’ai totalement délaissé les plages paradisiaques de l’archipel pour me consacrer à un périple sportif. 

Qui a dit que je n’aimais pas le sport ? Je vais à la salle trois fois par semaine ! Au programme de ce voyage, une première nuit à Manille, une marche sur le fameux volcan Pinatubo, un trek de 3 jours dans les villages du Nord de Luçon (à Banaue, Cambulo et Batad) et enfin une escapade shopping à Hong-Kong (oui, c’est aussi du sport).
 
Pour ce premier trek j’embarque une amie, qui comme moi aime voyager, manger et faire les magasins. Deux citadines dans la région des montagnes, ça promet !  
 
Vendredi : 15 heures de vol plus tard (via Cathay Pacific, la compagnie qui propose le temps de vol le plus court pour relier Paris à Manille), nous voilà arrivées à Manille. Etape indispensable au Robinson Mall, dans le quartier d’Ermita (j’ai mes « petites adresses » shopping…) : l’après-midi a été consacrée au shopping et aux achats vitaux (bonbons et mangues séchées pour le trek). Le soir, comme à chacun de mes voyages aux Philippines, dîner avec nos correspondants locaux. 
 
Samedi : Réveil très matinal (4h, gros effort pour moi qui me couche souvent bien plus tard que ça…) pour rejoindre le volcan Pinatubo. A notre arrivée à l’entrée du parc, changement de véhicule : le 4x4 qui nous transporte pour traverser le désert de cendres et ses paysages magiques est hélas bien peu confortable. 
 
Après une heure de route très chaotique (il faut s’accrocher), nous continuons à pied pendant trois heures pour atteindre le lac du cratère. C’est assez physique (jetlag + fatigue du voyage + petit déj trop léger + soleil qui cogne) et une fois arrivées au sommet, malgré les panneaux « baignade interdite » que nous n’avons pas vus, nous ne résistons pas à un petit plongeon dans le lac.
 
Tout est parfait : eau transparente, température idéale et aucune odeur de soufre ce matin. Une pause déjeuner est nécessaire avant de reprendre le même chemin pour retourner à notre véhicule. Le guide nous fait presser un peu le pas, mais c’est pour la bonne cause : un massage traditionnel aux huiles essentielles nous attend  et je crois que nous l’avons bien mérité… Six heures de marche, c’est une belle performance pour notre première journée !
 
Dimanche : En route pour la région des montagnes. Première étape à Banaue, l'une des images les plus connues des Philippines avec son panorama grandiose de rizières, souvent décrit comme la huitième merveille du monde. Mais cela se mérite, car même les chauffeurs les plus rapides mettent un minimum de huit heures pour relier Manille à Banaue. 
 
A notre arrivée, nous nous installons rapidement au Banaue Hotel, qui est loin d’être l’hôtel le plus charmant du village mais qui offre une vue superbe sur les rizières en terrasse. Les heures de route nous ayant un peu assommées, nous ne traînons pas après le dîner et prenons juste le temps de préparer notre sac pour le trek.
 
Lundi : Réveil en pleine forme  pour notre deuxième étape : le village de Cambulo, à quatre heures de marche de Banaue.  Le trek démarre sur les chapeaux de roue, avec une heure de montée qui nous semble interminable : c’est un véritable supplice surtout avec un sac à dos rempli pour trois jours, alors un conseil, n’emportez que le strict minimum ! 
 
Nous arrivons enfin au village et découvrons notre guest-house pour la nuit : une petite chambre simple mais propre avec deux lits, matelas, coussins et plaids, bref juste ce qu’il faut pour dormir ! Seul hic, la douche : je m’étais déjà lavée « au seau », avec de l’eau à température ambiante à Puerto Galera et à Flower Island, mais il y faisait 35 degrés, alors qu’ici, à 1500 mètres d’altitude, l'eau est plutôt froide...
 
Après le déjeuner, une promenade dans le village nous permet de rapporter quelques images superbes : rizières en terrasse, femmes plantant le riz... Nous rencontrons aussi les enfants du village et nous nous amusons à chanter des chansons françaises, à leur apprendre quelques pas de danse, à les prendre en photo puis leur montrer leurs sourires sur l'écran. Des fous rires qui nous font oublier en quelques heures toute l'agitation de Paris !    
 
Mardi : Troisième étape de notre trek, Batad, village reculé d’à peine 1 000 habitant. Nous le rejoindrons en 2h30 depuis Cambulo. Cette fois-ci, la marche est moins fatigante (pas de longue ascension) mais pas si facile que ça, car il faut faire attention à chaque pas. Nous traversons en effet le village en passant par les bords des terrasses, larges d’à peine 30 cm. Un faux pas et nous serions tombées dans le fossé ! Arrivées sur les hauteurs du village, l’immense rizière en amphithéâtre est impressionnante de beauté. C’est le moment de photographier ce panorama somptueux sous tous les angles. 
 
Nous poursuivons ensuite notre route jusqu’aux chutes d’eau du village : une heure de descente intense, avec des marches pentues et irrégulières, de 10 à 50 cm de hauteur. Mes articulations souffrent et à cause du poids de mon sac, j’ai peur de tomber vers l’avant et de rouler au bas des escaliers ! 
 
A notre arrivée, je ne sais pas comment notre guide a pu la faire livrer, mais une pizza toute chaude nous attend, juste récompense d’une journée éprouvante !  Place à la détente : bain de soleil, trempette au pied des chutes d’eau, séance photos… avant d’entamer le retour par le même chemin, cette fois-ci en montant. 
 
Après une dernière heure d’efforts surhumains, nous nous installons dans notre guest-house, juste à temps car la pluie se met à tomber à verse. Nous avons eu beaucoup de chance de faire le trek sous un beau soleil ! 
 
Mercredi : réveil sous un grand soleil. Petit déjeuner sur la terrasse, juste devant les rizières en amphithéâtre, tout simplement magique ! Il est temps d’attaquer notre quatrième et dernière étape : quatre heures de marche jusqu’à Banga-An par la « piste des crêtes » avec du faux plat et quelques brusques montées et descentes. 
 
Nous arrivons sans grande difficulté (le métier rentre) au restaurant qui surplombe les rizières de Banga-an, soulagées de nous dire que le trek est enfin fini ! Après le déjeuner, retour à Banaue en jeepney où nous patientons dans une guest-house jusqu’au départ de notre bus de nuit. 
 
Après une nuit difficile à bord du bus (les sièges inclinables ne sont quand même pas très confortables : si vous n’arrivez pas à dormir dans un avion, dormir dans ce bus sera mission impossible), nous arrivons aux aurores en périphérie de Manille où une horde de taxis attend les voyageurs pour les ramener dans le centre de la capitale. 
 
Jeudi : La négociation est rapide (avec ma tête de Philippine, j’annonce de façon autoritaire le prix « normal ») et nous filons au Sofitel de Manille. Après cinq jours de trek, d’hébergement en guest-houses, et un bus de nuit, nous méritons vraiment un peu de confort pour nous remettre en forme ! 
 
A peine arrivées, nous nous offrons une douche rapide et un petit déjeuner royal avec le room service ! Repues, nous enchaînons sur une petite sieste avant de profiter des services de l’hôtel (spa et piscine)… 
 
En fin d’après-midi, direction l’aéroport : nous voilà prêtes à nous envoler pour Honk-Kong, ville que je rêvais de découvrir depuis des années ! (Mais je n’ai pas la place ici de vous narrer mes aventures dans la « city of lights »… à bientôt donc !)
 
Je suis toutefois en mesure de vous organiser, moi aussi (Frédéric fait ça depuis des années …), une escale à Hong-Kong avant ou après votre voyage aux Philippines.